medias Archives - P.Albertus // Online Marketing Manager sur Suisse

Articles par tag: medias

Rédaction Web et référencement : guide de bonnes pratiques SEO

novembre 12, 2009

L’a rédaction web a un style qui s’apparente beaucoup plus à de la meta-information que du format classique print. C’est ici l’occasion d’adapter un guide que j’ai utilisé avec des collaborateurs journalistes afin d’exprimer les bonnes pratiques de rédaction web et améliorer le référencement naturel de leurs articles. En gros voici comment rédiger un article pour que Google le référence plus efficacement!

Reprenons la trame de l’article original :

Le titre : court, visible, explicite, accrocheur, autonome

Le titre est effectivement considéré dans le Top 5 des facteurs SEO, c’est le point d’entrée d’une page pour son caractère sémantique. Et c’est donc là que vous devrez enrichir en mots-clés, mais pas n’importe lesquels : ceux qui définissent la cible du contenu (par exemple si l’article a pour sujet l’iPhone, la préférence ira au terme « Iphone » plutôt que « smartphone » que vous garderez dans le contenu pour solliciter la « long tail keyword« ). Nouveauté, Le titre est aujourd’hui votre meilleur atout dans les réseaux sociaux et son caractère autonome est très important lorsqu’il se retrouve retweeté et agrégé (RSS, annuaires 2.0), soyez donc clair, net et tweetable!

retweet-seoDétails : de nombreuses expressions ont déjà fait leur preuve pour stimuler le retweet et le clic dans les digg-like : « Le top 5 des thèmes WordPress », « les 10 meilleurs outil pour Twitter », « Le livre blanc du webmarketing », « Conseils, les 5 erreurs SEO à ne pas commettre »,  « 80,5% des utilisateurs Facebook… », « le guide officiel »,… De plus le langage change et les nouvelles lois Twitter imposent de connaître l’architecture d’une information raccourcie et les techniques pour remonter (#hashtags, URL Shortener tel que bit.ly, RT pour retweet, voici un exemple : « #[rubrique] : [titre] – RT @palbertus »).

La recherche sociale prend des part doucement (18,7% des utilisateur la trouve pertinente) et Google, Bing ont annoncé récemment l’insertion des contenus chaud dans les résultats. Pour les retardataires, un dossier Twitter de ReadWriteWeb.

Rappel, la balise TITLE de votre page : si vous avez accès à cet élément dans votre CMS, vous pourrez y ajouter la rubrique du sujet, tout en gardant en tête la limite caractère de 160-180 caractères des moteurs de recherche.

L’extrait (ou le chapeau) : un seul paragraphe, droit au but, évident.

L’extrait respecte certaines techniques du style journalistique : il doit résumer le sujet rapidement et doit pouvoir être repris comme brève. Là aussi, la nouvelle donne des agrégateurs de contenu (Wikio, Netvibes, Paperblog ou Google News et tous les nombreux annuaires de flux RSS type fluxenet, flux-RSS ou encore Google Reader) impose un style SEO de rédaction très aiguisé; et c’est la pertinence de cet extrait qui va ainsi stimuler le clic des utilisateurs et créer du trafic sur votre site !

Rappel SEO : Par défaut sur la plupart des CMS, c’est l’extrait de l’article (ou les 160 premiers mots si pas d’extrait) qui vont créer le snippet dans les SERPs (à lire aussi) des moteurs de recherche. Et c’est justement votre deuxième chance de créer du trafic au-delà de votre position : un extrait clair et précis qui intègre dès les premiers mots le picth (N’oubliez pas que Google enregistre les clics sur les pages de résultats).

Le Contenu : phrases courtes, paragraphes, visuels informatifs, méta données, repère spatiaux et ressources.

Pour la rédaction de contenu web : gardez en tête que vous écrivez pour des lecteurs et non pas le googlebot (bien sûr ici c’est pas le cas, car sinon j’aurais écrit robot…), cette règle est surtout importante pour ne pas se retrouver dans des textes infectes, ou pire des paragraphes de « keword bombing » qui risquent au pire d’être filtrés négativement par Google. Les nouvelles notions de contenus web qui apparaissent par rapport au papier (et croyez-moi en après une expérience personnelle dans l’éditorial !), sont donc des points de type taille et méta-information inexistant auparavant.

La taille du contenu : avant dominée contractuellement par des cahiers des charges de piges, la taille du contenu est aujourd’hui beaucoup plus flexible. Mais malgré tout certains critères vont améliorer votre visibilité dans Google Actualités, les articles trop courts vont poser le problème d’extraction (erreur type Google News n’arrive pas à comprendre l’article, vos entrées en sont diminuées), de plus le web magazine impose du contenu matériel et subjectif – entendre pas là d’associer des images à vos articles – encore une fois pour susciter les clics d’ouverture sur les résultats de echerches et les listes. Pour résumer un article SEO idéal se trouve aux alentours de 250 mots.

La présentation et les fameux repères spatiaux et sémantiques sont à bien agencer (lire cet article sur la sémantique CSS à respectér dès le développement) :

  • Date : au dessus du titre – au format UTC international
  • Catégorie (surtitre) : à placer au-dessus du titre dans un style moins grand (pas de balise < headline >, pas de la catégorie de l’information (si possible des thématiques métiers plutôt que « actualité », « en bref » provenant du papier)
  • Mots-clés contextuels (tags) : Un bon article propose minium 3 tags différents, ne pas dépasser les 10, ne pas insérer de tag pour créer du tag (tags qui n’ont pas d’autres articles dans votre site, sauf nouveautés)

Les méta-informations (ou plus couramment metadata) : Effectivement le web apporte l’interactivité et l’utilisateur ainsi que les moteurs sont friands de ressources, d’une part vous augmenterez votre nombres de pages vues par visites en proposant des rebonds d’après lecture et d’autre part un article proposant des liens externes et contextuels internes va optimiser la diffusion du PageRank dans le site et confirmer au robots son univers sémantique (je parle de réacteur nucléaire et  je fais référence à d’autre contenus en lien direct). Citer les sources n’est pas toujours une habitude du journalisme. Pour un article de 250 mots, vous pourrez facilement fournir 5 à 10 liens. Bien que de nombreux CMS proposent des liens contextuels dans le workflow, de vrais bon liens en dur dans le paragraphe ont toujours plus de poids.

Les Rich Media (ou vidéos, podcast présentations, …)

Leffet Social Media Optimisation

L’effet Social Media Optimisation

Une fiche produit PDF, une présentation ou encore un extrait vidéo contextuel : associez ce contenu à votre article. Les nouvelles sources pour les medias audio/video (YouTube, DailyMotion, Vimeo) ou les communautés documentaires (Scribd, ISSUU, Slideshare) proposent aujourd’hui des bouts de code (embed) pour rapidement ajouter votre contenu dans un article de n’importe quel CMS. Mais bien au-delà, cela ouvre la porte au SMO (Référencement réseaux sociaux), qui va vous permettre de créer des chaînes brandées en créant un process pour y publier de manière redondante vos contenus. Vous aurez donc la source pour vos insertions et des leviers grâces aux utilisateurs des ces réseaux. Un chaîne bien référencée, et des vidéos, présentations bien taggués vont permettre de ressortir des les recherches de ces sites et susciter d’autre utilisateur à les insérer (effet dit folksonomy).

2558 views

Nouveaux médias : Marketing Internet et réseaux sociaux (2 sur 3)

août 20, 2008

Bloguer (pas Blogger, bien que…) est devenu incontournable, indispensable ! Les CMS (gestionnaires de contenu) sont aujourd’hui si performants que vous pourrez facilement et rapidement intégrer un blog pour votre entreprise ou votre nouvelle campagne produit. Les contenus blogs sont dynamiques et ainsi facilement exportables dans d’autres sites qui acceptent les flux RSS ou les widgets. De plus, lorsque vous publiez du contenu, des services de ping iront directement notifier les annuaires blogs afin d’accélérer le processus d’indexation (vous profitez alors de ces sites influents comme passerelles pour pousser votre contenu dans les moteurs de recherche indirectement).

La culture du blog et du web 2.0 : mettez votre leadership en avant, construisez des communités d’utilisateurs fidèles et renforcez votre référencement naturel

  • Le user-generated content : On va ici considérer tout ce qui se réfère aux partages de documents, d’images et de médias étant donné que le blogging est TRÈS large. Pour les images, des services comme Flickr, Picasa, Photobucket permettent d’envoyer et partager vos réalisations, vos schémas (Webilus est un blog très influent à ce sujet) et bien sûr votre ascension du Mt-Blanc ! Pour les documents, pensez à systématiquement publier les fichiers de vos articles clés sur des sites type Slideshare, Scribd et y insérer le lien vers votre article principal dans la description. Enfin, si vous avez des vidéos, du son ou des podcasts, créez des canaux sur YouTube, DailyMotion et autres afin d’augmenter encore votre potentiel de visibilité. Le temps est précieux et certains utilisateurs vont privilégier les médias aux textes lors de leurs premières visites. Encore une fois, la règle du long tail (plus de mots-clés autour du sujet, plus de visites) s’y rapporte pertinemment, vous pourrez y trouver des communautés associées à votre domaine et continuer à bâtir du trafic.
  • Les blogs influents : cette section est sûrement l’une des plus longues, postez vos commentaires et vos idées sur d’autres blogs de votre secteur. C’est un peu comme du bouche à oreille de la culture blogosphère. Mais avant tout la première tâche consistera à viser ces fameux blogs dits « influents ». Et surtout ces blogs arrivent souvent comme première source d’information dans les résultats des moteurs de recherche, un article publié en partenariat peut vous faire exploser votre trafic et vous lancer dans le « milieu ». J’en profite pour faire une dédicace à Fred Cavazaa, Yann Gourvennec, JF Ruiz, Olivier Favre, Aziz Addad, Alexandre Villeneuve (et tellement d’autres !…) qui sont entre autre mes mentors mais aussi la mémoire vive du nouvel écosystème web 2.0 dans leurs spécialités respectives !
  • Le podcasting : Le podcast consiste à diffuser votre contenu sous forme médias plutôt que textes (vidéos, audio). De nombreux logiciels vous aideront à créer des podcasts que vous pourrez alors insérer dans vos pages (lecteur intégré ou copier-coller du code d’un réseau sur lequel vous avez publié le contenu) et distribuer régulièrement en les intégrant dans un flux RSS auquel les visiteurs pourront s’abonner. Les podcasts sont devenus très mobiles entre autres grâce à Apple et ses iPod et vos utilisateurs vont pouvoir les emporter pour les écouter/lire hors connexion. L’ancienne école était d’héberger ses contenus médias sur sont site et de les diffuser avec un lecteur interne, mais de plus en plus la tendance s’écarte vers des solutions externes, en passant par des sites de partage et de podcasting qui vous offre la communauté d’abonnés. Ces annuaires ou réseaux qui référencent les podcasts vont vous permettre d’une part de réseauter et ensuite d’insérer facilement ces médias grâce à leurs outils et lecteurs complets, ayant même des outils de social-networking et social-bookmarking (ex : Livecastr, Podomatic, Apple podcast directory ). Encore une fois vous tissez la toile avec ce type de contenu multimédia.
  • Le microblogging : Twitter est la tendance actuelle, d’autres sites reprennent le principe (Soup.io, Tumblr) et tous permettent d’y publier rapidement dépêches, des bonus et bien sûr des liens vers votre contenu. La plupart ont des widgets et des plugins pour automatiser ces envois lorsque vous publiez de nouveaux articles. Le microblogging est très récent, à surveiller !
  • Google Images : n’oubliez pas dans l’outil webmaster Google de partager votre contenu pour la recherche d’images. Une option dans les outils webmaster de Google vous permet d’autoriser l’indexation de vos images.
  • Les communautés virtuelles, les wikis : à relativiser selon le type de contenu, Dans la même idée, Skype ou Messenger proposent des canaux de discussion où vous pourrez créer votre « salon » pour y rassembler une communauté d’utilisateur et y.

[Mise à jour :] Pour les utilisateurs de WordPress (chanceux !), voici une liste pour que vous puissiez pinger ne nombreux annuaires et services de blog :

Liste services d’actualisation WordPress (pingomatic)

Relations publiques et social media, les communiqués de presse en 2.0 aussi

Pour résumer rapidement l’un des derniers webinaires de Hubspot : qui est le média ? Vous, vos amis, votre entourage, bref tout le monde est aujourd’hui potentiellement média. Si l’on considère même par exemple qu’un possesseur de Facebook peut publier du contenu, alors l’échelle est encore plus large, et ainsi la tâche de PR devient une histoire de marketing relationnelle !

Comment utiliser les médias sociaux selon vos objectifs

Voici un schéma très populaire sur le web concernant la nouvelle frame des communiqués de presse dans les médias sociaux. Celle-ci intègre dorénavant les contenus riches type podcast, vidéos, contenus interactifs… Un incontournable !

  • Relations publiques et médias sociaux : Les PR ont complètement changé avec l’arrivée dans le décor média des réseaux sociaux et autres outils de recherche sociale que j’ai pu énuméré dans ce dossier. Le processus intègre dorénavant une charte qui devrait intégrer de nouveaux éléments tels que vos flux RSS, vos comptes de messagerie instantanée et de microblogging afin que les utilisateurs puissent vous contacter et suivre votre information façon 2.0 (et plus !). Un communiqué de presse pour les médias sociaux contient autant de l’information que du média 2.0 (liens pour souscrire à votre flux et vos services 2.0, tags pour vous insérer dans les catégories des réseaux sociaux et digg-like, boutons pour vous bookmarquer et partager, liens des canaux multimédia,…). PRWeb, lesnewsdunet.com ou aujourd-hui.com (pris parmi des centaines d’autres) dont des outils online pour créer vos communiqués de presse et les publier dans les médias et réseaux sociaux efficacement.

Référencement organique 1/3 : pensez plus loin que vos pages dans les moteurs de recherche

Les résultats des moteurs de recherche (SERP) sont des gros calculs faits selon différentes variables afin de proposer aux utilisateurs des informations pertinentes. Et chacun n’est pas égal sur cette course aux meilleurs rankings, alors profitez des réseaux sociaux pour placer votre contenu en avant ! Au même titre que les annuaires de l’Internet il y a 5 ans et plus, les réseaux sociaux sont des bases de données immenses qui ne demandent qu’à insérer votre information, que ce soit comme communiqué, comme article référent, comme commentaire ou encore comme échange de liens. Les réseaux sociaux ont des PageRank et un capital confiance de la part des moteurs de recherche très important, alors les techniques sont d’utiliser cette opportunité pour vous placer.

  • Les annuaires de blog, les digg-like (la recherche sociale): À comprendre par digg-like des outils qui permettent aux utilisateurs de ces portails de noter les articles en cliquant et ainsi attribuer une certaine autorité aux mieux notés. Scoopeo, Wikio sont en train de se positionner sur le marché francophone.
  • La force des tags et mots-clés : L’une des révolutions dans l’approche 2.0 des contenus est celle amenée par l’attribution de tags (mots-clés) et le potentiel du regroupement sémantique (voir à ce sujet Touchgraph pour des exemples de croisements liés aux tags). Que ce soit une page d’informations, une vidéo, une image ou tout autre média, les réseaux sociaux s’orientent tous vers le même modèle en laissant à l’utilisateur (auteur ou lecteur) générer des tags pour mieux rassembler les contenus similaires. Les tags vont donner plus de poids à votre contenu et une meilleure pertinence au référencement par les crawls des moteurs de recherche. Les blogs en sont en très bons exemples (tagclouds, nuages de mots-clés), Delicious pour associer vos favoris ou bien encore Flickr pour organiser les thèmes photos. Une étape indispensable pour cataloguer votre contenu et être présent sur les catégories de recherche.
  • AboutUs : Ce wiki qui fournit un descriptif des domaines a gagné une très forte autorité dans Google, ce qui lui permet de bien se positionner dans les résultats de recherche. Pensez à compléter votre page déscriptive de votre domaine et y ajouter des liens et des médias afin d’inciter à rediriger les visiteurs vers vos pages.

Référencement organique et flux RSS 2/3: un calque supplémentaire pour recycler vos idées via les services 2.0 !

Une chose est certaine, les flux RSS sont devenus aussi importants dans les réseaux sociaux et les solutions de blogging que votre adresse de domaine. Et vous pourrez tirer profit de ces flux RSS pour diffuser votre contenu dans de nouvelles sphères que celle des moteurs de recherche pour générer du trafic naturel.

  • Les flux RSS (feeds) : Que ce soit tout d’abord pour les générer et les gérer via des solutions online type Feedburner, Pheedo ou Ice Rocket pour citer les plus courants, vous devez impérativement fournir un fil RSS à vos utilisateurs pour leur permettre de s’abonner à vos news par exemple et assurer une compatibilité avec leur configuration (si vous optez pour Feedburner, pensez à ajouter vos Feedflares pour les médias sociaux francophones, par ici) . Encore une fois cette solution vous permettra de fournir l’adresse du fil RSS à la plupart de réseaux sociaux qui vont ainsi relayer votre contenu dans vos communautés (voir ci-dessous « user-generated content » ou Pulse). De même pour les annuaires lors de votre référencement, l’adresse RSS est devenue aussi importante que l’adresse Internet (URL) et permet à ces derniers de fournir une information plus complète qu’un simple descriptif.
  • Les annuaires RSS : LaMooche, Google Blog Search (qui relaie d’ailleurs l’info sur sa plateforme GG Reader) vont reprendre le contenu de vos fils RSS, et ainsi le référencer encore une fois dans les moteurs de recherche.
  • User-generated Content : Utilisez vos flux RSS pour apporter de la valeur ajoutée à vos profils réseaux et augmenter votre référencement naturel. Ziki permet d’ajouter le fils d’informations de votre entreprise ou votre blog à vos profils, différentes applications Facebook ajoutent une page de votre blog à votre compte, iGoogle ou bien encore Netvibes permettent d’ajouter des onglets et faire des microsites personnalisés et ainsi afficher votre branding sur les réseaux sociaux (à surveiller aussi Wikio qui a adopté ce système de distribution websocial).
  • La formule du « Pulse » ou comment recycler votre contenu grâce aux flux (RSS): Il semble que Facebook ou encore Plaxo (Pulse Patrice Albertus) aient voué succès à ce principe en reprenant une solution d’inter-connexions RSS utilisée aussi par MyBlogLog, Friendfeed et récemment BlogCatalog (voir ma page contact, colonne de droite). Là encore, c’est grâce aux services 2.0 des contenus dynamiques fournis par vos flux RSS vos activités dans les réseaux sociaux que vous allez pouvoir réinsérer dans d’autres de vos médias sociaux pour créer un pulse en temps réél (exemple : page Netvibes). Le but peut répondre à différents objectifs marketing ou communications : mettre en avant votre leadership, soutenir votre branding, créer des contacts et générer du trafic, ou encore utiliser ces différentes passerelles pour votre buzz marketing, amusez-vous ! Les opportunités sont nombreuses et innovantes (microblogging : Twitter, Soup.io, Tumblr) et la plupart des portails tendent à vous proposer ces services d’intégration, le « user-generated content » est l’une des orientations des modèles du marketing 3.social et crée a valeur ajoutée aux sites.
  • Communautés et marketing relationnel (dans la même idée que les réseaux sociaux) : Quoi de plus précis dans une campagne marketing que de connaître vos visiteurs plutôt que des statistiques analytics brutes ! Dans le cadre de marketing de contenus et des services, vous pouvez aujourd’hui recevoir les cartes de visite de vos visiteurs via des services de logs type Mybloglog, Blogasty, Viadeo, Blogcatalog pour les plus utilisés. Pensez à installer ces widgets sur vos pages, sur votre blog pour ensuite mettre en place des communications ciblées et des mises en relations professionnelles.
  • Catalogue Google Reader : D’abord si ce n’est pas déjà fait, ouvrez vite un compte Google pour accéder aux services Google dont le Reader qui est un agrégateur RSS. Vous pourrez ainsi partager votre blog dans ce catalogue et profiter des services google pour ajouter un bouton iGoogle à votre page web. De plus, GG Reader permet suivre le contenu partagé de vos amis.

Voir ce guide complet au format Word

Télécharger ce guide complet au format PDF

762 views

Nouveaux médias : Marketing Internet et réseaux sociaux (1 sur 3)

août 18, 2008

Cet article reprend différentes solutions pour optimiser votre activité webmarketing et profiter du nouveau dynamisme « 3.social » des réseaux sociaux pour créer le buzz avec votre contenu et ainsi vous apporter de la visibilité dans les communautés et générer du trafic supplémentaire ! Une checklist pour vos projets marketing de contenu via les réseaux sociaux et leur capacité à améliorer vos référencements naturels.

Sommaire :

  1. Créez votre marketing viral dans les médias sociaux
  2. L’ouverture des réseaux sociaux et l’opportunité de créer un véritable marketing interactif avec vos utilisateurs
  3. Widget marketing : votre information prête à intégrer dans les nouveaux médias grâce aux applications et widgets web.
  4. La culture du blog : mettez votre leadership en avant, construisez des communautés d’utilisateurs fidèles et renforcez votre référencement
  5. Relations publiques et social media, les communiqués de presse aussi passent en mode 2.0
  6. Référencement organique 1/3 : pensez plus loin que vos pages dans les moteurs de recherche, pensez social organique.
  7. Référencement organique et flux RSS 2/3: un niveau supplémentaire pour recycler vos idées via les services 2.0.
  8. Référencement organique 3/3 : d’autres solutions qui tendent à devenir intéressantes

L’utilité de ce guide est de faire comprendre à quel point le référencement peut être influencé par toutes les nouveaux supports des médias sociaux. Le modèle social media fait partie des tendances off-page SEO et inbound marketing qui se concentrent beaucoup plus sur le potentiel des réseaux sociaux et blogs, tenant compte de leurs classements et autorité sur les résultats de recherche. Une façon d’entreprendre le référencement en utilisant tous ces outils sociaux comme des accélérateurs de relations publiques pour vos marques, votre information et votre image.

Revenons en arrière pour mieux comparer l’avant social : il était une fois le référencement avant le web 2.0 et les médias sociaux et ses différentes étapes :

  1. Stratégies organiques : administrer son sitemap aux moteurs de recherche, ajouter son URL dans des annuaires ciblés, stratégie de construction de liens/link building pour augmenter vos backlinks (rétroliens) et ainsi améliorer votre capital (Google « juice ») qui est l’une des variables du classement des résultats de recherche.
  2. Stratégie sponsorisée (ou search marketing): le search marketing chez AdWords, Microsoft Advertising et Yahoo! Marketing pour acheter des mots-clés, le management des ces mots-clés selon la règle du « long tail keyword », l’achat de liens/bannières partenaires et tous les autres supports de promotion disponibles sur les différents portails qui se rapprochent de votre audience ciblée.
  3. Les évolutions vers les nouvelles techniques SEO : la « on page » SEO pour les optimisations d’une part liées aux balises meta/HTML qui orientent les champs sémantiques que vous ciblez et d’autre part les améliorations ergonomiques de votre site pour optimiser son accessibilité et sa navigation afin d’augmenter vos conversions (ventes, abonnements, téléchargement,…).

On remarque bien que ces 3 étapes focusent la majorité de leurs tâches sur le développement web et les relations avec les moteurs et annuaires de recherche.

Mais depuis quelques années, avec les contenus dynamiques et les nouveaux supports des services web 2.0, un nouveau calque vient s’intégrer par-dessus le référencement classique moteurs de recherche et apporter ces nouvelles opportunités SEO :

  1. celui de tous les médias qui vont pouvoir augmenter votre autorité sur votre contenu (commentaires, références…),
  2. Ouvrir de nouvelles audiences (blogs, extraits de contenus sur des réseaux sociaux…),
  3. Construire une communauté (pages à thèmes, outils et réseaux communautaires, groupes d’intérêts…).

À vous de proposer vos idées uniques et vos avantages compétitifs via tout l’arsenal des supports nouveaux médias : Blog d’entreprise, microsite, podcasts, vidéos, photos, présentations, etc. et faire un nouveau référencement social et redondant avec votre contenu !

Voici un modèle beaucoup plus dymanique ! Tous ces services ne demandent qu’à publier votre (intéressant) contenu : que ce soit les plates-formes de blogging, les portails de partages de rich media (images, vidéos, podcats, applications widgets, etc.) et les outils associés pour recommander et bookmarker vos contenus. Soyez les pionniers et créez de l’intérêt. Soyez créatif et vous répondrez aux critères de popularité et gagnerez en autorité (une apparition sur le « most popular » de Delicious peut vous apporter des milliers de visiteurs en une journée !).

Avant d’aller dans la checklist, je vous propose ci-dessous 2 figures pour attribuer les bons supports à vos objectifs :

Comment utiliser les médias sociaux selon vos objectifs

Je vous conseille aussi avant de commencer, de télécharger la matrice social media ci-dessous trouvée sur Webilus.com, l’imprimer et l’afficher à côté de votre écran ;-)

Les réseaux sociaux pour les services de votre entreprise

Très récent, cet « orgnaimgramme » entre relations social media / besoin de vos services est une autre façon de vulgariser les réseaux sociaux et leurs outils pour votre staff ou vos clients.


Créez votre marketing viral dans les médias sociaux

Voici l’un des premiers ajustements à insérer dans la charte de ce que je nommerais le référencement 3.social (une évolution du référencement 2.0…) : insérer dans vos pages les outils pour promouvoir et partager votre information dans les réseaux sociaux, indispensable pour viraliser le contenu dans les réseaux sociaux. Certains de vos visiteurs sont des personnes influentes et sûrement mieux réseautées que vous, alors profitez de leurs recommandations pour promouvoir vos contenus si ces derniers estiment qu’ils le méritent (plus d’utilisateurs recommandent vos contenus, plus ils grimpent en autorité et auront ainsi plus de chances d’être affichés dans les réseaux, ceci est le principe du digg-like, du nom du même site US). Retour aux boutons de promotion : de nombreuses solutions passerelles vont vous permettre à l’aide de simples scripts de placer des boutons pour qu’un article puisse être relayé et diffuser dans les différents services de publication des médias sociaux (« Éléments publiés » sur Facebook, contributions Scoopeo/Wikio, page d’accueil iGoogle/Yahoo MyWeb/Netvibes, etc…). À partir de là, vous profitez de la règle X,Y,XX,YY,XXX,YYY du réseautage social, gratuit et illimité pour votre contenu, sous réserve bien sûr que celui-ci en vaille la peine ;-)

  • Les réseaux sociaux : Voici le nerf de la guerre pour la distribution du contenu et de votre stratégie de link building. Que ce soit Facebook, Viadeo, LinkedIn, MySpace, MyBlogLog, Ziki ou n’importe quelle autre communauté 2.0, créez vos profils et joignez les discussions pour vous créer votre communauté et vos contacts qui pourront à leur tout se connecter directement à vos contenus. Joignez les groupes de votre domaine, mettez en avant votre leadership et vos idées pour renforcer votre référencement naturel ! Le gros avantage de cette forme de réseautage social est que de nouvelles audiences pourront rencontrer votre contenu sans jamais avoir eu écho de votre site.
  • iGoogle Patrice AlbertusiGoogle Patrice AlbertusiGoogle Patrice AlbertusLes outils « social-bookmarking » et « digg-like » des réseaux sociaux : Cet espace est encore trop « monopolisé » par les pionniers anglophones type Digg, Del.icio.us, Technorati, StumbleUpon qui acceptent malgré tout les contenus français, mais forcément y attribueront une autorité plus lentement de par l’audience majoritairement anglaise. Pour apparaître dans ces catalogues, vous pouvez le faire manuellement avec un compte ou passer par des outils de recommandation qui placeront des boutons sur vos pages pour que le processus se fasse selon le mode social (partage et recommandations par vos visiteurs, utile pour les sites qui publient très souvent). Ces outils de promotion sont Sharethis, Addthis, Gigya, qui permettent de partager votre contenu dans la plupart des réseaux sociaux les plus populaires et les plus efficaces (voir cet article précédent pour un détail et une comparaison entre les solutions). Chacun propose l’installation facile des boutons dans vos pages ou blogs via des plugins WordPress, TypePad et autres ou le copier-coller du code. De plus, les 3 cités ont tous des outils de reporting pour suivre vos utilisateurs (rations de clics, contenu, réseaux ciblés, etc…). Attention, les 3 outils proposés ci-dessus offrent pour le moment une majorité de réseaux sociaux anglophones, pensez à soit utiliser l’API de ces solutions pour personnaliser ou Additious pour un outil qui va permettre de faire le buzz dans les réseaux français type Tapemoi, Mister-Wong, Wikio, Scoopeo, etc…
  • Les outils à la française : C’est justement ces nouveaux joueurs français qui se démarquent aujourd’hui : Scoopeo et Wikio, Mister-Wong et Blogmemes.fr (Fuzz.fr de retour !) puis d’autres plates-formes plus ciblées selon le type de contenu (ex: marketingrama pour les buzz et tendances marketing). Sélectionnez vos réseaux, n’utilisez pas trop d’outils pour ne pas alourdir vos pages et faites du monitoring pour connaître quels sont les plus pertinents selon vos objectifs.
  • Les moteurs de recherche et les fournisseurs d’accès font aussi dans le social : autres supports à ne pas manquer via des boutons de promotion, les moteurs de recherche ou les portails des fournisseurs d’accès (free.fr, wanadoo) qui sont souvent les pages d’accueil des visiteurs : Google, Yahoo, Ask et MSN Live permettent tous d’ajouter à leur page personnalisée d’accueil des flux RSS ou des widgets (applications ou gadgets selon leur nomination, iGoogle pour Google par exemple, voici la page pour envoyer un gadget dans le catalogue iGoogle). Un utilisateur inspiré pourra alors choisir de sélectionner votre blog sur sa page de démarrage ou son profile, alors pensez à installer ces boutons sur vos pages web.
  • StumbleUpon : Pensez à régulièrement ajouter vos contenus via ce système de recommandation et à bien lui attribuer les tags faisant partis de votre champ sémantique. Vous pouvez installer la barre d’outil StumbleUpon pour Firefox et IE pour faciliter ces tâches.
  • Del.icio.us : À mon goût l’outil par excellence pour garder vos favoris et aussi faire des recherches pertinentes hors moteurs de recherche (et oui !). Grâce à Delicious, vous pouvez trouver des articles qui ont été recommandés et enregistrés par d’autres membres, et donc qui a une certaine autorité dans le domaine. Pensez à y ajouter régulièrement votre contenu ou bien si vous publiez régulièrement des dossiers, vous pouvez créer un « canal » en référençant vos dossiers comme tag délicious (ex: http://del.icio.us/HubSpot/article4)

Widget marketing : votre information prête à intégrer dans les nouveaux médias grâce aux applications et widgets web.

  • Le widget marketing, prêt à emporter et surtout prêt pour la vague iGoogle Patrice Albertusmarketing mobile : Les widgets fonctionnent de façon similaire aux boutons de promotion ci-dessus et ont en plus l’avantage d’embarquer beaucoup plus qu’un simple abonnement et ils deviennent multiplateformes selon leur conception (gros avantage pour le marketing mobile qui ouvre les opportunités !). Le principe de widget est de proposer des contenus riches « à emporter » (animations Flash, application utilisateur, service d’information, buzz, etc …). Ces derniers pourront s’installer sur les desktop des utilisateurs (Windows Vista, Mac Dashboard, Google Desktop, Yahoo Widgets), sur les nouveaux périphériques et téléphones mobiles (Palm, PocketPC, iPhone, iPod Touch, Blackberry, lecteurs MP3…), les jeux vidéos (PS3, XBox,) sur les pages des profiles des réseaux sociaux (Facebook, Ziki, MySpace,…) et vu la convergence numérique bientôt de nombreuses autres débouchées (accès télévision numérique, Projet Microsoft et Ford Sync, ADN affichage dynamique numérique…). Le widget marketing et le marketing mobile sont en train de devenir les tendances marketing majeures pour les campagnes de branding et le buzz, vu l’évolution des produits mobiles et la compatibilité des formats. Alors pensez à développer vos applications ( voir ci-dessous widgetbox.com, springwidget.com,…) et widgetiser votre webmarketing pour être prêt à intégrer ces nouveaux supports partout ou l’utilisateur se trouve !
  • Facebook Developer : Pour les plus compétents, Facebook propose une interface pour créer vos applications Facebook. Encore une fois l’effet buzz est très populaire sur ce site, et les applications qui marchent drainent les utilisateurs en milliers ! Le ludique et le « juste pour le fun » sont les outils qui remportent le plus de succès, alors soyez créatifs et subtils…

L’ouverture des réseaux sociaux et l’opportunité de créer un véritable marketing interactif avec vos utilisateurs.

Une autre grande phase du web 2.0 est celle des outils des contenus et des services riches proposés par les médias sociaux et les solutions online. Un exemple pour mieux comprendre : Scribd ou Slideshares qui permettent de publier en ligne des documents/présentations pour les partager dans la communauté Scribd et de les tagger selon leur contenu (façon YouTube du document). Mais au-delà de cette utilisation via leurs pages, ces services vous fourniront des codes à insérer dans vos pages pour utiliser ces services riches et des API pour personnaliser l’affichage et les options que vous souhaitez publier. Voici une nouvelle façon de créer de l’interactivé via vos pages et en cross-channel. Plus besoin d’investir des grosses sommes en développement, Internet propose quasiment tout type de services, et encore plus, surveillez et soyez créatifs !

  • Concevez vos widgets et applications grâce aux services online iGoogle Patrice Albertus et aux opportunités de l’API : comme le souligne Mashable.fr, les applications sociales sont en plein bouleversement, les outils pour développeurs (shéma ci-contre : Netvibes UWA pour Universal Widgets API qui en s’associant à l’Opensocial est capable de fournir du prêt à emporter pour bientôt la plupart des portails). Effectivement, les API des réseaux sociaux et l’Opensocial de Google vont apporter une intercompatibilité à vos projets et ainsi faciliter leur intégration dans les médias sociaux. WidgetBox, SpringWidget, deux très bons exemples : des solutions très complètes pour créer vos propres widgets et applications Facebook (compatible OpenSocial, le nouveau format multiplateforme de Google pour proposer des widgets prêts à installer sur les réseaux sociaux adhérents, dont Viadeo en France). WidgetBox permet très facilement en suivant un assistant d’insérer son contenu (flux RSS, HTML, Flash) dans un widget puis le distribuer dans les catalogues de Facebook, Bebo. Netvibles et son Ecosystem offre aussi une solution 3-clicks pour créer un widget à partir de votre fil RSS. Les widgets ont passé leur phase d’adolescence, les formats trop souvent amateurs deviennent maintenant très compatibles et vont rapidement devenir un format incontrournable du web pour créer des applications interactives ou encore pour le prochain boom du marketing mobile ! Alors pensez à faire votre promotion via des outils widgets, ou bien même des petits jeux ou des quizz (Quibblo, PollDaddy pour créer des quizz, des enquêtes facilement ou pour capter l’attention des visiteurs. Et bien sûr n’hésitez pas à publier ces widgets dans d’autres annuaires (ex: Yahoo Widget Gallery, Netvibles, iGoogle).
  • Les plugins de vos CMS et leurs API: ici on retrouvera la plupart des solutions citées ci-dessus (qui se respectent !), et qui vous proposeront la plupart du temps des extensions type widgets ou plugins à installer dans vos blogs WordPress, TypePad, Blogger (et autres !) pour faciliter la promotion. Lire l’article sur les plugins WordPress. Et encore une fois, gardez en tête de ne pas surcharger vos pages de ces extensions et plugins à défaut de créer l’effet inverse…

Ce guide est extrait du futur ebook SEO (disponible d’ici fin 2009, abonnez-vous au flux RSS ou par email pour ne pas manquer ce grand moment !).

Voir ce guide complet au format Word

Télécharger ce guide complet au format PDF

Guide : partie 2/3
Guide : partie 3/3

Autres liens : Formation référencement

5738 views

La twitter attitude, étude de cas.

juillet 06, 2008

Il est vraiment grand temps de soulever la question Twitter, car aussi vite que cette tendance se propage dans nos moyens de communication, aussi vite les tentations liées à un nouvel outil prennent place auprès des marketers et de leurs confrères spammers (l’éternel combat du bien et du mal, black hat VS white hat en langage SEO, le pas est vite franchi !).

Mais qu’est-ce que ce Twitter ?

Twitter répond totalement à la nouvelle culture « 2.0″ (bien que je devrais utiliser la nouvelle dénomination 3.sociale qui est plus d’actualité !), autrement dit l’évolution « darwinienne » des outils TIC pour répondre à notre génération web : plus vite, plus global, plus social. Effectivement, Twitter permet facilement la mise en place de réseaux, et publication type microblogging pour ne jamais manquer une info (blogging à partir de quasiment n’importe quel média : messagerie IM type MSN, SMS, email, Internet mobile type applications iPhone, widgets, application Facebook, et tous ceux que j’aurais manqués …). Et toute cette nouvelle technologie se marie parfaitement avec les nouveautés de téléphonie mobile type iPhone et Blackberry. Le twitering va donner beaucoup de débouchés au marketing mobile et au widget marketing !

À la question pourquoi encore un nouveau support pour remplacer tous les logiciels de messagerie ? Il faut comprendre que Twitter n’a pas pour but de se positionner sur ce créneau, et cela parque sont utilité a souvent été détournée ou bien mal exprimée. D’ailleurs, les différentes polémiques au sujet de l’utilité de Twitter sont compréhensibles et l’on n’arrive pas toujours à lui trouver une réelle valeur ajoutée face à tous les supports actuels de communication web (Twitter et le spam, Twitter fini ?).

L’effet nouvelle tendance est toujours à considérer au lancement, mais après plus de 2 ans de service, on ira plutôt associer le succès à la caractéristique mobilité (qui paradoxalement pourrait sauver le petit Twitt…), la mobilité qui amène un déplacement des ex-applications desktop (fixes) vers une solution ultra-mobile avec de la consultation et surtout publication à partir de n’importe quel point d’accès à Internet (un bon article au sujet de twitter comme outil real-time pour la coordination et l’organisation d’événements et de réunions). Là encore, la grande révolution des modèles mobiles comme Google Applications, (suite bureautique complète online), la popularité des réseaux sociaux (Facebook, MySpace,…) et bien sûr la démocratisation des nouvelles technologies en mobile ont favorisé ce basculement.

Mais rassurez-vous Twitter n’est pas développé pour tuer la messagerie instantanée, sa limitation à 160 caractères et des éventuelles orientations vers un modèle économique sponsorisé publicités (affichage de tous les 100 tweets par exemple pour assurer le fond de roulement du système) l’ont positionner comme un nouveau support de communication et de promotion « opt-in » (abonnement avec accord et donc ignorance par la même occasion…).

Les opportunités marketing avec Twitter :

Twitter est ainsi un nouveau type de « feed » qui offre les perspectives suivantes en marketing web :

  • Rester connecté avec sa communauté et y garder un oeil (suivre et se faire suivre).
  • Discussions avec son groupe de travail, projets délocalisés, conférences.
  • Informations flux tendu sur un événement (ex: dépêches Roland Garros, Superbowl,…), une crise (accident, …)
  • Abonnement à des mises à jour d’un produit,
  • Lancements produits qui permettent grâce à Twitter de véhiculer son buzz marketing ((ex : le fil Twitter qui permet de faire du branding sur un feed Twitter, d’ailleurs Apple l’a bien utilisé pour le lancement de son MacBook Air; mirco feed pour micro laptop !))
  • Par la même occasion de la veille concurrentielle ;-)
  • Mini-conférences très appréciées dans la web communauté
  • Support de Branding pour les marques, création d’une communauté

Le futur de Twitter ?

Twitter, sujet d'actualité dans les réesaux sociauxCette question est aussi délicate qu’il y a autant les fans de Twitter, autant ses détracteurs. Au même titre que la mode anti-Facebook qui arrive au moment où Facebook dépasse tous les précédents chiffres dans les réseaux sociaux. Je pense qu’il en est de même pour Twitter qui a été l’un des sujets de discussion les plus sollicités dans les médias influents de la blogosphère.

Laissons alors les prochains mois décider du sort de Twitter et surtout à l’intressé de choisir son véritable modèle économique pour assurer un avenir (voir les sujet concernant le business model Twitter). Ce qui est sûr c’est que malgré les dires, les tweets auront toujours de l’audience, et que la question d’un branding sur Twitter ou la création d’un feed Twitter est à garder en tête, surtout pour le coût minime que cela implique !

Pour Twitter ? http://twitter.com/palbertus

Contre Twitter ? http://www.windowslive.fr/messenger/ ;-)

652 views

En ces temps de médias sociaux, choisissez votre social-camp !

juin 28, 2008

Prenons ici comme exemple Facebook pour ne citer que le moins populaire, analysons juste quelques-uns des surnoms qui circulent ici en Amérique du Nord (et j’en attends pas moins des créations européennes…) pour se rendre compte que ce nouveau support incontournable de « networking » est vraiment un phénomène social. Allez, je passe pour « freakbook », sûrement inventé par un utilisateur frustré de ne pas trouver le même niveau qu’un contenu Wikipédia… Je préfère plutôt la comparaison avec « ScopeBook », du verbe « to scope » qui fait de ces nouveaux réseaux sociaux les meilleurs moyens de surveiller vos amis. Non je n’ai pas dis que Facebook est l’idéal pour les concierges en herbe ou le voyeurisme sociétal, c’est vous qui l’avez pensé ;-) Mais je vous laisse en rire avec cette vidéo.

Médias sociaux dans l’ère du temps, web business model très bien organisé.

C’est très « cool » d’avoir un profil cool sur Facebook (voici mon profil), et/ou MySpace, et/ou SecondLife, et/ou Hi5 et/ou tout autre petit nouveau dans la partie qui arrivera à procurer un engagement et une expérience virtuelle pour prolonger nos ennuyantes existences réélles… J’aurais même envie de l’appeler « FaceCool » (qui se prononce comme Playskool…), tout simplement car ce jouet s’est placé en quelques années comme la première porte d’entrée pour Internet, et pour toute une génération comme le support qui résume le web. Avant on avait Hotmail et MSN pour passer du temps sur le net, maintenant on a Facebook tout en un, à se demander s’il est encore nécessaire d’avoir une barre d’adresse dans Internet Explorer ;-) Je te wall un message et tu me re-wall, et croyez-moi j’ai déjà vécu le cas où tout le monde savait l’info grâce à mon wall sauf moi car j’attendais un coup de téléphone ou un mail… bref, nouvelle culture en plein action !

Les réseaux sociaux sont les nouveaux outils, les nouveaux instruments du statut et de l’image sociale sur Internet. Pour s’amuser et être branché chez la majorité des ados, pour s’affirmer et « exister » chez une part importante des adultes (clin d’oeil à un article de Fred Cavazza au sujet des médias sociaux comme outils), pour construire un réseau chez les entrepreneurs et bien sûr aussi pour se rassembler et faire pression chez de nombreuses communautés (les médias sociaux sont le bout démocratique de l’iceberg des ex-forums qui existent déjà depuis très longtemps). Il existe même des groupes Facebook pour de jeunes retraités à la recherche de propositions excitantes pour animer leur nouvelles vies, mais je vous donnerais le lien quand vous serez arrivé à ce grand moment de vos vies…

Réseaux sociaux et effet social

On pourrait ouvrir un débat (important !) sur l’aspect positif ou négatif du développement et de l’éducation par les réseaux sociaux, mais le but de cet article est plutôt de considérer les réseaux sociaux et les différents comportements qu’ils véhiculent point e vue marketing, aussi bien du côté de l’utilisateur que de l’éditeur.

Voici 3 définitions qui commencent à bien s’exprimer :

  • Réseaux sociaux et applications, nouveau modèle économiqueLe social flânage 2.0 : ou la nouvelle façon de tuer le temps grâce aux réseaux sociaux. On peut rencontrer dans cette catégorie des utilisateurs qui vont se contenter de leur portail favori pour « surfer sur le web » façon nouvelle donne sociale, en gros s’abreuver du contenu sans changer de domaine, la clé de réussite du web business social. Cette catégorie fait le bohneur et la popularité d’applications comme les FunWall, SuperWall, ou bien les jeux pour vendre ses amis ou bien sûr jouer au poker en ligne (voici ici le top 10 de juin, majorité d’application ludiques ou passe-temps). On retrouve ainsi des modèles type YouTube intégrés, messagerie/IM instantanée intégrée et bien sûr des jeux pour garder l’utilisateur en éveil et permettre aux annonceurs un ciblage démographique de leurs publicités (grâce aux informations partagée des utilisateurs). De plus la pérennité du support est elle aussi assurée par le dynamisme de sa communauté, ceci confirme bien la récente orientation de MySpace vers l’open API pour animer son réseau de nouvelles applications et ainsi fidéliser les flaneurs, ou encore le consortium OpenSocial réuni par Google pour sauver ses parts de marché dans l’immense domaine des réseaux sociaux (à lire ce superbe article à ce sujet). Conclusion : le modèle est vraiment gagnant-gagnant, je m’amuse, tu communiques ;-) le bon vieux duo de la pub !
  • Outils médias sociaux, les meilleurs solutions pour votre communication et votre marketingLe social networking : ou la solution pour accélérer les réseautage grâce au web et surtout avoir un aperçu instantané de vos relations, un vrai marché global des compétences, personnelles et professionnelles. En termes économiques on se retrouve plus dans un modèle client-fournisseur où le réseau social devient prestataire des outils de mise en relation ou bien de la qualité et du ciblage de contenu, et c’est justement la qualité de la plate-forme qui fait l’intérêt de l’abonnement (voir à ce sujet un essai sur la typologie des réseaux sociaux). Cette forme suit le court d’un web comme média social, et la tendance des réseaux et communautés basés sur le collaboratif. Qui n’a pas encore son compte sur LinkedIn, Viadeo et j’en passe pour créer des opportunités d’emploi et d’affaires ? Depuis quelques temps, d’autres solutions comme la messagerie communautaire en ligne Twitter, ou les services 2.0 évolués de « pulse » permettent du temps réel de l’activité de vos partenaires (Plaxo, Ziki
  • Le danger du (futur) social spamming : ou comment transformer un outil pertinent en outil de spam… et souvent contre la volonté de ses créateurs. Effectivement le danger d’une mauvaise exploitation du principe de réseau commence à faire son appararition. Je suis tombé par exemple sur un profil BlogCatalog qui avait eu 782 amis après seulement 1 mois ! Quel intérêt ? Quels objectifs ? C’est ici que ce que ce « social spamming » est à considérer : les opportunités marketing d’un réseau si facile et si rapide (surtout pour le marketing viral à la mode sur le web) sont souvent si alléchantes que les mauvaises intentions peuvent nuire au réseau en apportant plus de relations intrusives que de bonnes connexions, et ainsi faire baisser la fréquentation, et bien sûr le fond de roulement publiciatire. Fort heureusement j’ai pour ma part plus de bonnes expériences en termes de networking que de relations spam qui amènent à conclure que les réseaux sociaux ont encore un long avenir devant eux.Social spamming : le risque des réseaux sociaux et la sur-exploitation des carnets d'adresses pour spammer avec le marketing viral
4629 views

eMarketing Mix, le modèle 3S.

février 04, 2008

En Marketing, on ne peut que témoigner de l’ubiquité du mix, que ce soit l’éternel 4P, ou bien les excellentes variantes des 7P et des 4C qui favorisent nettement la position et la relation du client dans les services avec la marque.

En eMarketing, on pourrait alors proposer un système basé sur les 3S : la SEO, la SEM, la SMR à ce jour et sûrement bien d’autres S qui viendront s’en rajouter à la vitesse à laquelle les Social Medias et Social Networks viennent ajouter des variables au mix web.

Voici une figure faisant un résumé des toutes ces diverses campagnes et stratégies emarketing à partir de la décomposition une page d’accueil façon web 2.0.

Plan webmarketing intégrant les réseaux sociaux et technologies web 2.0

Plan webmarketing intégrant les réseaux sociaux et technologies web 2.0

667 views